L'homme doit lire pour s'instruire puis voyager pour rectifier ce qu'il a lu

L'homme doit lire pour s'instruire puis voyager pour rectifier ce qu'il a lu

CARNET DE VOYAGE ITALIE 2016

Sans titre.jpg

CLIQUEZ SUR LA CARTE POUR L'AGRANDIR

drapeauitalie.gif

INFORMATIONS GENERALES :

 

  • VOL aller - BEAUVAIS>>>BARI (RYANAIR)---VENISE >>>ORLY (EASYJET)
  • Location de voiture aéroport de BARI
  • 2158kms parcourus
  • 105 litres d'essence (1,40€ le litre en moyenne)
  • 12 hébergements différents
  • 15 sites UNESCO

 

JOUR 1 : BARI>>>ALBEROBELLO---25°>>>33°---Ensoleillé—74kms (14/07/2016)

Et voilà, c’est parti pour cette aventure latine à 2, Agnèse et mi !

Ça commence par le RER D à 6h21 de Cesson à Gare du Nord (tout va bien), puis on doit prendre un TER pour Beauvais à 08h01. Ahhh le chauffeur de le SeNeCeFe n’est pas là, il faut l’attendre…il arrive discrètement sur le quai, où s’amoncelle les passagers grinçants. Départ 8h21. Il a plu tout le trajet, la gare de Beauvais est en piteux état ! Bref, la navette aéroport de Tille-Beauvais fonctionne aujourd’hui (4€/pers.). On arrive à l’aéroport à 11h05 pour un décollage à 12h25 sur Ryanair et nos bagages cabines de 10kgs chacun !

2h de vol plus tard, atterrissage nickel à Bari, il est 14h40.

Un pied sur le sol italien, et je confirme nous y sommes ! Ça commence, location de voiture, la miss a voulu me vendre une assurance de plus, me louant les promotions par-ci par-là, et la voiture sera plus grande etc…mais non je veux une petite voiture madame, un pot de yaourt quoi ! Je reste sur ma position et nous retrouvons un C1 Citroën quasi neuve et boîte auto ! On doit faire le tour soi-même…tu m’étonnes que je le fais le tour, on signale à un guichetier 3 rayures non notées ! On est bien en Italie. Il en note que une seule, disant que les 2 autres sont ridicules, ouais et bin nous, on prend des photos au cas où…

Et nous voilà parti sur les routes, direction Alberobello, on s’arrête à Turi faire quelques courses pour ce soir être au calme dans notre studio d’Alberobello ! Et oui c’est la surprise du chef, un studio dans un trullo (et on dit trulli au pluriel…) Accueil et réception au top au Tipico resort, il va prendre 5 étoiles sur tripadvisor celui-là, génial (je recommande). Studio récupéré, il est 17h30. On a largement le temps de faire un tour sur une des 2 zones où la concentration de trulli est forte (on dit trullo au singulier…) Ah oui c’est beau, incontournable ! Il y a même une église de ce style, la Chiesa San Antonio. Ruelles étroites et typiques, Allez-y ! Site UNESCO.

 

JOUR 2 : ALBEROBELLO>>>LOCOROTONDO>>>MATERA---18°>>>25°---Eclaircies---122kms (15/07/2016)

Après un petit déjeuner frugal ou continental (avec l’info de la triste nouvelle de Nice…), petite balade au trullo Sovrano, le seul de la cité à 2 étages, il abrite un musée. On retourne ensuite pour ranger nos affaires et régler l’hôtel. Il est 10h30, on est prêt pour la suite de l’aventure. Qui s’oriente toujours dans la région des Pouilles vers Locorotondo. Cité construite sur une colline, gros coup de cœur pour cette bourgade, ruelles étroites et typiques, à faire dans la région ! Sur la route de Matera, on s’arrête à une abbatiale nommée Abbazia Bella Madonna Bella Scala, elle est sur une petite colline remplie d’oliviers. Un prêtre, très jeune, nous dit que c’est fermé, mais m’autorise à entrer pour 1 minute quand même. Petit détour sympathique.

On poursuit ensuite vers notre destination du jour, Matera. En arrivant à 4kms de la ville, arrêtez-vous sur les belvédères qui dominent la ville de Matera et ses sassis (maisons troglodytes construites dans du tuffeau). Cette cité est unique ! Un vrai labyrinthe ! Site UNESCO. Pour dire nous logeons dans un B&B du XIVème siècle !

Repas du soir au Il Terrazzino, très bon et copieux !

 

JOUR 3 : MATERA>>>BRIENZA>>>ROCCADASPIDE>>>AGROPOLI---14°>>>24°---Nuageux---253kms (16/07/2016)

Voilà, on va traverser rejoindre la méditerranée aujourd’hui, en passant par la montagne et ses villages typiques. Avant cela on se balade autour du château Tramontano de Matera, fermée au public, dommage la restauration a commencé, mais inachevée.

Départ pour une route sinueuse, de lacets en lacets, on atteint le village de Teggiano, semble-t-il médiéval mais sans plus. On se fera un peu peur dans des ruelles où chaque portière de la voiture frôlera murs et parois.

On continue par la montage, on passera des cols divers, allant jusqu’à 900m d’altitude. On passe par la ville de Brienza et son château, puis par Roccadaspide, village accroché sur un piton rocheux avec un grand château. La descente sur la vallée se fait facilement par le parc national du Cilento et du Val de Diano, on aperçoit la mer Méditerranée.

Reste 10kms pour atteindre Agropoli, jolie bourgade où notre B&B nous attend, après quelques demi-tours, nous y voici.

Il est 16h15, largement le temps d’une balade alentour, surtout qu’il y a un château d’accès libre, certes peu grand, mais le point de vue sur la côte est fabuleux. Autour de ce château Aragonese construit sur un rocher surplombant le port de plaisance d’Agropoli, des méandres de ruelles superbes et inattendues. Je n’avais pas repéré cela avant, c’est le top pour les photos. Reste plus qu’à faire une pizzeria (4€ à 8€) au restaurant Barbanera, vue imprenable sur la mer et le coucher de soleil.

 

JOUR 4 : AGROPOLI>>>PAESTUM>>>AMALFI>>>SORRENTO---18°>>>28°---Ensoleillé---145kms (17/07/2016)

Notre hôte à Agropoli nous prépare un petit-déjeuner, en cueillant des citrons au-dessus de nos têtes, dans un jardin bien arboré. Il fait très bon ce matin, le temps de ranger et de saluer le propriétaire, nous voilà parti en direction du site archéologique de Paestum.

Arrivé à Paestum 9kms plus tard, on prend le Parking à 2,50€, puis le ticket d’entrée à 10€/personne, incluant le site archéologique et le musée.

On commence direct par le site qui est très grand. Il se compose de ruines d’habitation, d’un amphithéâtre, et essentiellement de 3 temples magnifiques d’une conservation assez exceptionnelle. Vous y verrez le temple de Cérès -500 avant JC, le temple de Héra I -550 avant JC et le temple de Héra II -450 avant JC, Héra étant l’épouse de Zeus bien sûr ! Ce sont les grecs qui construisirent Paestum, les romains ne s’y installent que au 3ème siècle avant JC pour la petite histoire. Pour moi, cela valait le coup d’entrer dans ces lieux. Par ailleurs, et compte tenu que l’entrée est payante, il est regrettable de voir des pancartes ça et là, ou inexistantes, cassées ou blanchies par le soleil.

On va poursuivre et attaquer la fameuse côte Almafitaine de Salerne à Sorrente. Oui nous avons fait cette route tortueuse mais franchement, je n’ai pas ressenti de lassitude, seule encore une fois la conduite des italiens est dangereuse, et on est hyper attentif à sa propre conduite. Ensuite, on m’a dit plusieurs fois que c’était trop encombré et qu’on mettait des heures à la faire, non pas nous, jamais arrêté sauf pour y faire des photos.

De superbes villages sont franchis les uns derrières les autres, superbe !

On arrive quasiment au bout de la presqu’île de Sorrente pour retrouver notre hôte, nous sommes chez l’habitant, Mariachiara nous accueille ce soir, une maison surplombant la baie de Naples au loin et le Vésuve !

On termine la soirée par une balade en voiture jusqu’au bout de la presqu’île pour observer l’île de Capri !

 

JOUR 5 : SORRENTO>>>HERCULANUM>>>NAPLES---18°>>>33°---Soleil---65kms (18/07/2016)

Ce matin, petit-déjeuner en terrasse avec une vue superbe sur la mer. Puis, c’est le temps de prendre la route vers le site archéologique d’Herculanum à environ 45kms. Nous arrivons sur place vers 11h, il fait une chaleur pesante, le ciel est bleu et sans nuage. Le site est intéressant et effectivement bien conservé contrairement à celui de Pompéi. A faire bien sûr, ce qui est regrettable, un peu comme à Paestum, c’est le coût de l’entrée, 11€ par personne. Ils n’ont plus de plan du site au point information à côté de la caisse d’entrée, la signalisation dans les ruines existent mais seulement à 5% ! La tenue des sites historiques (il est vrai grecs et non romains…) est catastrophique, cela n’est surement pas une priorité de l’état italien. De plus le parking ici est de 2€/heure !

Bref, c’est fait et intéressant quand même.

Allez, on s’attaque à ce qui nous reste de route, soit 9kms pour rejoindre Naples et ses rues grouillantes de voitures et vespa en tous genres ! La conduite est rock’n’roll, mais j’arrive à bon port à notre logement, ouf ! (à savoir qu’un permis de plus de 10 est nécessaire pour conduire dans Naples).

On est accueilli par Paolo (réservation par airbnb), cela s’appelle B&B 4 stagioni. Jusque-là tout va bien, mais surprise, le petit-déjeuner n’existe pas, le parking gratuit comme annoncé sur le site airbnb.fr non plus et le wifi est aléatoire sauf debout derrière la porte de la chambre ou dans l’entrée. Le proprio nous indique un parking payant à 200m, qui finalement est à 380m et à 20€ par jour. Le stationnement étant le point noir de cette ville, on va à ce parking. On le loupe une première fois, tellement cela est caché, on s’enfile finalement sous un porche où un type patibulaire balaie quelque chose. Il a l’air pas frais le gars, on dirait qu’il a fumé toutes les feuilles des oliviers de la colline du Vésuve ! Il ne parle que italien, bref on arrive à se comprendre un peu, il dit d’avancer, au fond un garage ou des voitures sont les unes à côté des autres, autrement dit en sortir une revient à en bouger une dizaine ! Il dit coupe le moteur et donne tes clés, bon on a fait tout ça, il nous donne un reçu et un beau ‘’tchao’’. Piouf ça part fort ici, va falloir que Naples nous montre autre chose…

On fait un petit tour dans les environs, j’ai envie de dire que Naples est unique, Naples sans ses poubelles, ses vespa, ses vendeurs à la sauvette, sa circulation grouillante, n’est pas Naples. Sur le coup, on est déconcerté puis on s’habitue et finalement Naples est comme ça et doit le rester !

Retour à notre logement pour un RDV avec Paolo et Claudia les proprio pour quelques explications sur prestations qui sont manquantes (petit-déjeuner et parking gratuit). Claudia parle très bien français, ils nous expliquent que les prestations sur le site airbnb.fr sont fausses et qu’elles ne sont pas présentes sur le site airbnb.it. Ils vont écrire à airbnb et nous faisons de même. Allez, on oublie, nous sommes à Napoli, quoi de mieux que manger une pizza napolitaine à la pizzeria Giuliano puisqu’elle a été créé ici ! On notera que l’accueil des italiens depuis le début est très bon.

 

JOUR 6 : NAPLES>>>VESUVE>>>NAPLES--20°>>>38°---Soleil---45kms (19/07/2016)

Donc ce matin pas de petit-déjeuner, mais le proprio nous avait dit d’aller de sa part au Floris Café. Alors on y va mais il faut avoir le ticketto pour le croissanto, donné par le proprio ! Bin zut encore, il ne nous a rien donné. Pas grave, finalement on s’arrête dans un café rikiki avant de récupérer la voiture. On retrouve notre patibulaire à son garage, on échange aucun mot, ah si, il dit (parce que il parle quand même le gaillard) :‘’vente euros’’. On paie et direction le volcan Vésuve, 15kms plus loin, entrée 10€, parking 5€ et navette 1€ par personne l’aller, pour se rendre du parking jusqu’au début de la grimpette. Reste une marche de 1,680kms avec un dénivelé de 310à mètres positif, rien de méchant, mais nous voyons des personnes âgées pas à leur avantage, mal chaussés et donc en difficulté. Pendant la montée, on admire la vue sur la baie de Naples superbe ! Au sommet, nous sommes au bord du cratère, sensationnelle balade ! Sommet à 1283 mètres. 700 secousses telluriques par an et chambre magmatique à 10kms sous nos pieds !

Nous rentrons sur Naples, la température a sensiblement augmentée, il fait maintenant 38°. Repos en chambre avant dernière balade dans les rues et ruelles typiques de Naples. Et c’est reparti, il est 18h, avec au départ la piazza Dante, puis on enchaine la ’’via dei tribunali’’ puis la ’’via san gregorio armeno’’ et ses célèbres vendeurs de santons et crèches. Nous passerons dans des ruelles de 2 mètres environ avec des multitudes de linge pendu aux balcons. C’était un nouveau grand tour de 11500 pas !

 

Jour 7 : NAPLES>>>TERRACINA>>>BRACCIANO---26°>>>40°---soleil---335kms (20/07/2016)

Aujourd’hui, nous remontons un peu plus au nord de Rome, soit 335kms, une grosse étape de route qui se fera par 35° à 40°! On s’arrête à Terracina, belle station balnéaire et ses 2kms de plage.

On arrive à 15h à notre logement, Le Suite Bracciano, il s’agit d’un petit studio chez un particulier dans la campagne à 2,5kms de la ville fortifiée et de son château. Notre hôte, nous accueille parfaitement, le studio est nickel. On a le temps de faire une pause en climatisé avant la balade en ville et sur les bords du lac Bracciano. Après retour au logement pour une plâtrée de pâtes à la tomate et piment !

 

Jour 8 : BRACCIANO>>>BAGNOREGIO>>>ASSISE---22°>>>38°---ensoleillé---185kms (21/07/2016)

Départ pas trop tard ce matin puisque nous avons prévu quelques visites en cours de route avant d’arriver à Assise, notre destination suivante.

Après 75kms, on atteint Bagnoregio et notamment Civita de Bagnoregio, une cité médiévale au sommet d’un piton rocheux. En fait, l’érosion des reliefs de la région ont laissé ce village isolé dans une vallée appelée ’’valle dei calanchi’’, des sortes de calanques abruptes. (voir photos). On ne rejoint ce village que par une passerelle construite récemment.

On poursuit vers un autre village dominant un lac, Civitella del lago. Encore de nombreuses ruelles tortueuses à souhait.

Il est temps de rejoindre notre logement au pied de Assise, il s’agit d’un gîte ’’agriturismo’’, disons tourisme écologique : Agriturismo La Panoramica. Superbe vue sur la ville de Assise par le côté de la basilique Saint François.

On se pose 1 heure après nos 180kms du jour. Puis, on part à l’assaut de la cité ! Lieu incroyable de ruelles et de constructions médiévales authentiques ! La basilique Saint François est superbe, il y a beaucoup de moines Franciscains et de pèlerins. On marche beaucoup aujourd’hui, on atteindra les 10kms de marche après notre montée au château qui domine la ville ’’Rocca Maggiore’’.

On fini dans une pizzeria plein centre et à 30 mètres du lieu de naissance de Saint François d’Assise.

 

Jour 9 : ASSISE>>>MONTEPULCIANO>>>PIENZA>>>SIENNE---20°>>>36°---soleil---168kms (22/07/2016)

Nous quittons Assise à 9h, ce fut un endroit incontournable, ainsi que notre hôte Silvana.

Nous sortons de la région de l’Ombrie pour entrer en Toscane au bout de 25kms environ, le paysage est superbe, alternant champs d’oliviers et vignes. Premier arrêt à Montepulciano, cité construite en hauteur aux ruelles étroites. Dans une rue, nous tombons sur une cave de vin de la région, la cave et les souterrains sont sous une partie de la ville, c’est gratuit. On entre dans la boutique puis au milieu à droite, on descend un escalier qui nous mène dans un labyrinthe d’une cave étonnante ! Retour à la surface avec une dégustation de vin rouge différents accompagnés de bruschettas diverses, très bonne balade pour commencer.

On poursuit à pied dans la rue principale qui mène au Duomo (le Duomo étant l’église et la place principale des villes italiennes). C’est dans cette ville que fut tourné des scènes du film ‘’Twilight’’ pour ceux qui connaissent.

On reprend la route et nous passons volontairement par des villages médiévaux typiques, tels que Monticchiello et San Quirico d’Orcia. Prochaine destination, Pienza, celle-ci est classée Unesco. Balade à pied intéressante.

Il est temps de rejoindre Sienne en traversant le Val d’Orcia (classé Unesco aussi).

Arrivée à Sienne, comme beaucoup de grandes villes italiennes, se garer est quasi impossible dans ces cités, et je sais par avance (pas comme à Naples…) que c’est 25€ par jour ! On trouve hasard un parking gratuit à 2kms du centre-ville, avec un arrêt de bus en face. On décide de prendre cette option parking puis bus (ticket à 1,20€). C’est parfait, on atteint les ruelles de la ville et on finit bien sûr à pied. On trouve notre B&B Al Mercato facilement, il est trop bien, nous sommes au cœur de la cité dans un bâtiment du XIIème siècle !!!

Demain visite compète de Sienne et deuxième nuit à Sienne.

 

Jour 10 : SIENNE---18°>>>32°---nuageux---0kms (23/07/2016)

Journée complète à Sienne. Départ à pied par l’incontournable Piazza del Campo, elle est très grande, entourée de bâtiments tel que le Palazzo Pubblico du XIIIème siècle avec sa tour de 100 mètres. La place est inclinée et servait à récupérer l’eau de pluie par le passé, et c’est ici que ce déroule 2 fois l’an la fameuse course de chevaux, 2 juillet et 15 aout : le Palio, on a déjà vu cette course mythique à la télé. On enchaine dans les rues principales à l’ouest de la ville, passant par la piazza Matteotti, retour par des petites ruelles vers le Terzo Di Citta, d’où l’on peut voir et photographier le Duomo, la cathédrale imposante !

On prend ensuite la via Di Citta qui passe devant le palazzo Chigi Saracini. On trouve dans ses rues beaucoup de boutiques de produits régionaux qui font envie et des boutiques de souvenirs.

 

Jour 11 : SIENNE>>>VOLTERRA>>>PISE>>>LA SPEZIA---20°>>>36°---ensoleillé---210kms (24/07/2016)

Nous quittons Sienne à 8h45, on va prendre le bus pour redescendre au parking extérieur de la ville. Nous sommes accueillis à la voiture par 3 chevreuils qui se baladent tranquillement ! (adresse de ce parking gratuit avec un arrêt de bus s’appelle ‘’strada dei tufi’’, allez tout en bas de cette rue pour trouver le parking).

Allez, on prend la route de Volterra 68kms, ancienne capitale de a Toscane jusqu’au 4ème siècle avant JC. On s’y gare assez facilement autour de la cité pour 2€ de l’heure. C’est le hasard, on est garé au pied des ruines de la cité romaine, il s’agit de thermes semble-t-il et d’un amphithéâtre, qui ont été mis à jour seulement en 1950. Cela date du 1er siècle quand même pour l’amphithéâtre et du 2ème et 3ème siècle après JC, pour les thermes.

Nous sommes à côté d’une des portes d’entrée de la cité, qui ne va pas nous décevoir du tout. Pour moi plus typique et plus jolie que Pienza. En plus d’être une cité médiévale, elle possède une forteresse qui ne se visite pas et pour cause, il s’agit toujours d’un pénitencier aujourd’hui.

On repart direction Pise (50kms), sachant qu’il ne faut pas entrer en voiture dans la ville puisque des caméras filment votre plaque d’immatriculation et qu’une amende vous est directement envoyée, je calle le GPS sur la rue où il y a un parking autorisé et payant, on le trouve facilement et il est bien indiqué par des panneaux. Nous pensions prendre ensuite des navettes qui vous mènent au site de la tour de Pise, on s’aperçoit très vite que nous sommes en fait à environ 200 mètres de l’entrée de ce site majestueux ! Le top ce parking, alors je vous donne la rue ‘’via cammeo’’. Concernant cette tour unique, 200 ans pour la construire, pendant sa construction, elle commença à pencher, ce qui valut plusieurs interruptions dans les travaux d’une durée de 70 ans parfois. Quelques chiffres, écartement du sommet par rapport à la verticale en 1350 = 1,4m, en 1817 = 3,8m, en 1993 = 5,4m, en 2006 = 4,5m, en 2008 = 3,9m. En 1992, d’importants travaux furent entrepris pour éviter une chute obligatoire, une ceinture de béton a été coulée à la base et sous la tour grâce à un contrepoids de 750 tonnes de plomb qui ont redressé les 15000 tonnes de l’édifice.

Ici il y a plein de monde, des touristes de partout, le site reçoit 3 millions de visiteurs par an ! Mais alors quel lieu superbe, Whaou ! Franchement, même si il y a du monde, il faut passer au moins un fois ici. Il y a 4 bâtiments sur l’esplanade, la tour, la cathédrale Duomo, le Battistero et le Campo Santo. Très chaud 36°.

La fin de journée se fait tranquillement vers La Spézia notre destination et pour 2 nuits. On trouve plus ou moins difficilement notre B&B, il se situe sur la colline au-dessus de la ville.

Demain, on prendra le bus en face pour descendre à la gare ferroviaire de La Spézia puis le train pour aller aux Cinque Terres !

 

Jour 12 : LA SPEZIA>>>CINQUE TERRES>>>LA SPEZIA---18°>>>36°---soleil---0kms (25/07/2016)

On se lève comme d’habitude et on rejoint notre hôte Paola qui a préparé le petit-déjeuner sur la terrasse de son B&B ‘’mare e monti’’, on domine la vallée et le port de La Spézia. Il y a beaucoup de vent, nous sommes en fait à flanc de montagne. Ensuite, on part prendre le bus à 200 mètres pour rejoindre la ville et surtout la gare ferroviaire.

On prend notre ticket, en fait on prend comme me l’avait dit Bruno, la Cinque Terre Card (16€), elle permet de prendre le train toute la journée de descendre comme on veut, où on veut et autant de fois que possible. Elle inclut aussi l’accès aux 4 chemins de randonnée, heu pardon plutôt trek (j’expliquerai plus tard…). Elle inclut aussi les mini-bus qui relie certaines gares au village (exemple Corniglia ou Manarola).

Avant la suite, quelques informations : le parc des Cinque Terre correspond en fait à une zone de montagne donnant sur la mer avec 5 villages de pêcheurs accrochés à la paroi, les 5 villages sont du plus près de La Spézia au plus loin : RIOMAGGIORE, MANAROLA, CORNIGLIA, VERNAZZA, MONTEROSSO.

Voilà, le tableau est posé, on monte dans le train, il est bondé de touristes, notamment japonais, on est debout, c’est pour dire ! On décide de descendre au village le plus lointain, c’est-à-dire MONTEROSSO, environ 20 minutes de train. A la descente, on est face à une très grande plage et des centaines de parasol, il y a des boutiques de souvenir et des restaurants. On va suivre un peu tout le monde, pour entamer la première ‘’promenade’’ de 3,9 kms et 130 mètres de dénivelé positif, longeant la mer et rejoignant le village suivant VERNAZZA. Pour rejoindre le point d’entrée de ce premier chemin, il y a 960 mètres à pied de la gare. Le point d’entrée est signalé par une guitoune de contrôle, il faut payer si vous n’avez pas pris la Cinque Terre Card. On montre nos cartes achetées à la gare de La Spézia et on passe. Après quelques mètres, première constatation, il n’y a plus du tout le monde rencontré dans le village (en fin de journée nous estimerons que seulement 10% des touristes s’engagent dans les chemins qui relient les 5 villages). Deuxième constatation, et bien voilà, ce n’est ni une promenade, ni une rando ! Compte tenu des passages serrés parfois, des montées de dingues et des descentes, on est plus près du trek, et je sais de quoi je parle, je fais du sport régulièrement. Pendant ces 3,9 kms, on va croiser des gens en souffrance ou en tong ! Sans parler d’enfants qui ont du mal ! D’autres aux physiques malheureusement pas avantageux qui s’engagent ici ! On a croisé peut-être 2 personnes de 60 ans mais qui allaient doucement. Prendre 1 litre d’eau par personne et chaussures de marche. Sur ce premier parcours, on a croisé un vendeur de chapeau et un vendeur de jus d’orange qu’il pressait sur place. On est parti à 10h de MONTEROSSO, par 30 degrés, on a mis pour ce premier chemin 1h45 mais 2h15 en tout avec le premier kilomètre au début pour rejoindre l’entrée de contrôle du chemin. (Distance du chemin MONTEROSSO>>>VERNAZZA = 3,9 kms), pour nous on a donc fait 4,9 kms.

Arrivée à VERNAZZA par de petites ruelles typiques superbes, il y a un monde de dingue, c’est hyper touristique. Le temps de se balader, de faire des photos et de se rafraichir, on décide ensuite de se séparer. Agnès prendra le train jusqu’au village suivant CORNIGLIA, c’est vrai qu’elle a souffert mais elle l’a fait. De mon côté, je me sens en capacité d’enchainer le deuxième parcours d’une longueur de 3,6 kms et 120 mètres de dénivelé positif. Même difficulté, après 15 minutes, je sens même que ça va être chaud, il est 13h05 quand je passe le point de contrôle, je mettrai 50 minutes à la sortie du point de contrôle à CORNIGLIA. J’ai tenu un rythme soutenu, j’ai bu toute l’eau que j’avais. Il y avait encore moins de monde sur ce parcours. Je retrouve Agnès à la gare comme prévu. Aussi rejoindre la gare depuis le village, il y a 1,2 kms.

Le prochain parcours est de 2,6 kms, mais je décide que c’est assez, j’en suis à 9,7 kms, il faisait 34° à 36°.

CORNIGLIA est sur la falaise et moins attrayant. On reprend ensemble le train, reste 2 villages, on va zapper MANAROLA voyant que la gare est à minimum 1 km du village, par compte on s’arrête au dernier RIOMAGGIORE. Encore quelques pas pour le rejoindre, et quelques marches, j’en peux plus des marches, je pense en avoir fait 800 depuis ce matin, et pas des marches régulières ! Bref, pause ici et glace bien méritée.

On est bien fatigué, le podomètre affiche pour Agnès 16500 pas et pour moi 24500 pas.

Allez, on rentre à La Spézia, reste 7 minutes de train. A la sortie de la gare, on veut reprendre un bus pour rentrer au B&B, qui se trouve dans les collines. Aïe, on y comprend rien ici aux bus (c’était plus simple ce matin), bref, je sais que on est au bon arrêt, mais les bus 15 ou 22 ne passent pas, on voit le L, le S ou le 3. On finit par demander au chauffeur du N°3, on ne se comprend pas, je ne sais plus dans quelle rue est notre B&B et il ne le connait pas, mais je donne à peu près le nom d’un restaurant qui se situe à 100 mètres de notre logement. Lui me donne le bon nom du restaurant qu’il connait, il nous dit de monter, il dit aussi de laisser tomber pour le ticket. Je vois que l’on est sur la bonne route, c’est déjà ça. Il s’arrête à un arrêt et nous dit de descendre et d’attendre le N°15, là on s’est bien compris hihi.

On attend, rien, puis le N°16 arrive, je demande au chauffeur s’il connait le restaurant, il dit oui et de monter, effectivement il a un bout de route identique au N°15. Côté tickets, il n’en a plu, et il dit de laisser tomber aussi. C’est la troisième fois que nous ne payons pas, la première c’était à Sienne où un chauffeur avait fait pareil.

On descend, on est arrivé, c’est fini, on est content ! Agnès 8 kms, Didier 12 kms journée de ouf, il est 18h !!!

Conclusion, n’y aller pas à la légère même si les distances semblent courte et dénivelé faible…

Dernière info, sur les 4 chemins de marche, 3 sont ouverts, le plus court de 1,1 kms de MANAROLA à RIOMAGGIORE est fermé, il s’est effondré il y a longtemps et n’est pas refait, dommage c’est le plus court et le plus plat !

 

Jour 13 : LA SPEZIA>>>CARRARE>>>MODENE---20°>>> 36°---soleil---252kms (26/07/2016)

Petit-déjeuner toujours sur la terrasse de Paola, et il est temps de partir vers Modène, notre prochaine destination, avant cela on avait décidé de faire un tour vers les fameuses carrières de marbre de Carrare, le plus beau et le plus cher marbre du monde.

35 kms plus loin, on traverse le village de Carrare, et déjà on croise des camions qui descendent de la montagne, avec un bloc de marbre seulement sur le plateau. On monte encore, on croise pas mal d’allemands, hollandais, français etc. C’est assez touristique, des tours opérateurs organisent des balades en land rover à même les carrières. Notre balade suffira à faire pas mal de photos. Il y a plus de 300 caves d’extraction. Prendre après Carrara, direction Colonnata puis Cava Fantiscritti pour être comblé.

Après ce tour, on va prendre l’autoroute pour gagner du temps, surtout qu’il n’y a pas grand-chose à voir sur le trajet, et que la région est très escarpée, ce qui nous ferait plus de 4h de route pour rejoindre Modène.

On atteint Modène à 13h45 et 180kms. L’astuce parking, allez au parking gratuit et très grand de Gottardi (via Glauco Gottardi), de là, prendre le bus N°7 et descendre à Piazza Mazzini, ou le bus N°7A et descendre à Piazza Roma. Ces 2 places sont au cœur de la ville ! C’est pour dire en descendant du bus, on a fait 150 mètres pour aller à l’hôtel La Liberta qui est en fait maintenant un Best Western de la chaîne du même nom. La ville historique est toute petite, en 1h, on a fait 2 fois les points d’intérêts. Beaucoup de rues avec des arcades, c’est plutôt agréable. Les points d’intérêts sont : la Piazza Grande, la tour Ghirlandina, le palais Ducal, le palais Communale, le Duomo. Pour les fans, musée Ferrari à 500 mètres. Et oui c’est la ville des usines Ferrari et Lamborghini.

Petite anecdote dans le bus aujourd’hui, on monte à la station Gottardi, billetterie automatique dans le bus, je mets 1,20€ pour le ticket qui ne sort pas mais qui garde l’argent ! Un passager nous interpelle en français, il est tunisien, ça nous arrange bien. Il explique au chauffeur, qu’on a mis argent mais pas ticket, réponse du chauffeur, machine marche pas, pas grave assied toi c’est bon. On a donc payé un seul ticket, on a de la chance avec les bus nous !

 

Jour 14 : MODENE>>>FERRARE>>>PADOUE---24°>>>38°---soleil---188kms (27/07/2016)

Fatigué du concert dont on entendait bien la musique à 200 mètres de l’hôtel, je me lève tard…7h15 ! On descend au petit-déjeuner à 8h, grand buffet avec du choix. On ne part pas tout de suite, on va à pied au marché pour voir un peu, il se situe sous une halle et à 250 mètres. Vraiment une belle ambiance à l’italienne et de produits locaux. On rentre à l’hôtel ranger nos affaires, puis on reprend le bus pour le parking en périphérie du centre-ville.

On prend la route, pour pas très loin dans un premier temps, on fait seulement 12 kms, et on va visiter une cave de production de vinaigre balsamique. Ce vinaigre est aussi fameux ici que la moutarde à Dijon, la production est importante et c’est le plus fameux du monde. On s’arrête chez un petit producteur ’’Aceto Balsamico Giuseppe Guisto’’, visite guidée gratuite, on est seul, donc on peut dire qu’elle sera privée cette visite, et nous dégusterons pas moins de 8 vinaigres différents, dégustation gratuite. On s’aperçoit vite que cela peut être un produit de luxe, des bouteilles 100ml sont à 100€ et d’autres à 350€ ! Superbe endroit je recommande.

Maintenant, on part vraiment vers notre destination suivante Padoue. On passe non loin de Bologne, puis de Ferrare. Là, par ailleurs, on s’arrête pour une pause, il est midi. On ne sera pas déçu, coup de cœur (mais je l’avais prévu sur le parcours…), la ville est classée à l’Unesco. Le centre est superbe, avec même un château au cœur de la ville, on abuse un peu, on remet 1€ dans la parcmètre et on va boire quelque chose de rafraîchissant accompagné d’une ‘’bruschetta‘’, il fait 38°.

Il reste peu de kilomètres pour Padoue, environ 65 kms. On arrive à se garer en dehors du centre, comme d’habitude, et on va prendre le bus. Zut, le bus N°2 n’est pas à l’arrêt qu’on avait repéré la veille par internet. Le N°3 arrive, je demande au chauffeur, il dit montez je vous avance un peu vers le N°2. Je veux payer, il dit non ça va. Quelques centaines de mètres plus loin, il nous dit de descendre, on le remercie avec un grand ‘’grazie’’ ! Mais bon ici pas de N°2 non plus, on trouve un plan vers le tramway, on s’aperçoit vite qu’il nous a déposé en plein centre, du coup on va finir à pied. Par ailleurs on n’a pas de plan et oui, il faut vous dire que l’on a perdu lors de notre deuxième jour en Italie (on était à Matera seulement) notre guide de route Italie du Nord. Pas grave, on demande à un jeune qui allait enfourcher son vespa, il nous indique en anglais la direction de notre hôtel le Diamantino House, 300 mètres et le tour est joué ! On se fera un petit resto ce soir de spécialités italiennes, le Vecchio Padova

On a remarqué, que dans le centre des villes de Padoue, Ferrare et Modène, les scooters, vespas ou piaggio n’étaient pas autorisés, uniquement des vélos.

 

Jour 15 : PADOUE>>>VENISE---18°>>> 30°---ensoleillé---70kms (28/07/2016)

C’est le départ de Padoue qui nous a enchanté. On prend la route pour l’aéroport de Venise afin de rendre la voiture de location, nous faisons 70 kms. On avait bien fait de prendre des photos de rayures à Bari à la prise de la voiture, l’agence ici nous dit qu’il y a une rayure non notée ! Je dis oui, l’agent à Bari a dit ’’tolerancia’’, mais on a fait photo au départ sur le parking ! Elle demande la photo, à la vue de la photo, elle dit OK. Conclusion, prenez des photos au départ du parking de location, vos photos sont datées avec horaire, comme ça c’est clair !

On entre dans le terminal des arrivées, pour prendre les tickets de bus pour se rendre à Venise. 30 minutes plus tard, on est à la piazza Roma, reste à prendre le vaporetto, on descend à l’arrêt Zaccaria, et on finit à pied vers l’hôtel ! Pour moi, c’est la 6ème fois ici, avec la première fois en 1986, il y a 30 ans ! Pour Agnès, 1ère fois, elle en a pris plein les yeux sur le grand canal ! Avec un plan récupéré à l’aéroport, on trouve notre hôtel Locanda Silva, derrière quelques ruelles déjà typiques.

On fait une petite balade rapide ce soir, place San Marco et d’autres ruelles.

 

Jour 16 : VENISE---24°>>>36°---soleil---0kms (29/07/2016)

C’est parti pour une première journée complète à Venise, on a l’embarras du choix ! Mais, on décide de faire les îles de Murano et Burano, direction les navettes bateaux. Première étape, L'île de Murano qui est située au nord de Venise, dans la lagune. C’est ici que l’on trouve les fameux verres de Murano, les artisans, souffleurs de verre ont une renommée internationale. Intéressante pour le verre.

On poursuit toujours en bateau vers Burano. Là c’est beau ! Elle est connue pour sa dentelle et ses canaux bordés de maisons vivement colorées. Superbe ! On y prendra un p’tit Spritz apérol dans un bar au bord d’un canal !

Retour à Venise et pause à l’hôtel avant de repartir se perdre dans les ruelles de Venise. On finit non loin de la place San Marco face au quai. Vers 18h30, c’est le passage d’un paquebot de croisière, l’Eurodam de la compagnie Holland America. Imposant et impressionnant. Puis, petit resto assez caché avec terrasse au bord de l’eau : le Ai Greci Al Giorgio.

 

Jour 17 : VENISE---24°>>>36°---soleil---0kms (30/07/2016)

Départ ce matin pour un nouveau tour dans Venise, en commençant par le pont du Rialto (échafaudé) puis le marché de Venise. On enchaîne avec le quartier San Polo, puis Dorsoduro et retour par le San Marco. Total ce matin, 5,600 kms. Pause à l’hôtel au frais, il fait très chaud ici, 25° à 7h et 36° à 12h.

Dernier tour dans Venise et 1,5 kms de plus à pied, et de nouveau le passage de 3 bateaux de croisière : les MSC Magnifica, MSC Sinfonia et le Vision of the sea de la compagnie Royal Caribbean.

 

Jour 18 : VENISE---18°>>>28°---ensoleillé---0kms (31/07/2016)

C’est notre 18ème et dernier jour en Italie, on va faire un dernier petit tour après le petit déjeuner. Voilà, reste plus qu’à prendre un bateau bus qui nous emmènera jusqu’à l’aéroport, 1h10 de bateau et 15€ par personne. Pour cela, il faut prendre des tickets pour les bateaux Alilaguna. Très pratique.

Notre périple s’arrête ici, on aura fait 2158kms en voiture, marché 112kms à pied, fait 12 étapes hébergement, fait 15 sites classés Unesco et de nombreux autres tout aussi beaux. Rencontrés des italiens accueillant (notamment dans les bus !)

 

Arrivederci

@ bientot pour d'autres aventures...

 

https://static.blog4ever.com/2010/05/410426/artimage_410426_3446675_201106052142565.png



12/07/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 147 autres membres