L'homme doit lire pour s'instruire puis voyager pour rectifier ce qu'il a lu

L'homme doit lire pour s'instruire puis voyager pour rectifier ce qu'il a lu

TRAVERSEE AMERIQUE DU SUD 2018

PEROU BOLIVIE CHILI ARGENTINE 2018

 

Itinéraire 2018 new 2.jpg

perou_eb.gifbolivie_eb.gifchili_eb.gifargentine_eb.gif

 

INFORMATIONS GENERALES :

>>>22 jours

>>>4 pays

>>>4 capitales

>>>27150 kms en avion en 10 vols

>>>2190 kms en bus en 9 bus

>>>480 kms en 4X4

>>>7 sites UNESCO

>>>6 heures de pirogue

>>>de nombreux taxis

 

JOUR 1 13/10/18 : PARIS>>>MADRID>>>LIMA 14h de vol 18° Altitude 152m Distance de Paris 1050Kms - Couvert

 

Nous sommes donc à l’aéroport Roissy CDG, dans l’attente du premier vol vers Madrid sur Ibéria Express (filiale de Ibéria). Décollage en retard de 30mn, mais nous arrivons à l’heure à Madrid. On change de terminal puis décollage 2h plus tard vers Lima sur Latam. Au total, 14h de vol.

 

Nous nous posons à Lima à 5h30 du matin, nous allons charger les différentes batteries de portables et ordi, en restant dans un petit bar de l’aéroport. Paris +7h.

 

La suite va être de prendre un taxi pour aller visiter le musée Larco qui ouvre à 9h. Petite visite introductoire aux sites archéologiques péruviens, collection pré-colombienne, musée essentiel pour un minimum comprendre l’histoire riche de ce pays de -2000 avant notre ère jusqu’à l’empire Inca.

 

Voilà, excellent musée, qui permet d’en savoir plus sur les origines de ce pays fascinant !!! A notez, que la réserve de ce musée est ouverte au public !!!

 

On a demandé au taxi-man de revenir nous chercher devant le musée, il est bien là, et pour 10$ il nous emmène au terminal de bus Cruz Del Sur. Cet endroit n’a pas changé, j’avais imprimé à la maison les documents d’embarquement, du coup on va direct à la dépose bagages. Voilà c’est fait, petit terminal avec Wi-Fi, restaurant, point de recharge portable prévu.

 

Départ à 13 :15 (20 :15 à Paris), direction Nasca !!!

 

Le parcours se déroula parfaitement. Nous avons beaucoup dormi dans ce bus, et profité du repas à bord inclus. Nous sommes arrivés à 21h à Nasca. J’ai pris un hôtel à environ 200m du terminal de bus, mais nous sommes quasiment en centre-ville. A l’hôtel, qui ressemble à une immense hacienda, c’est le top !!! On pose nos maudits bagages (25kgs au total !!!) Puis allons à ce restaurant local où ne mangent principalement que des péruviens, je le recommande fortement « Rico Pollo ». Un demi-poulet, des frites, une salade et un demi-litre de sangria = 11,50€

 

Il est temps d’aller dormir, il se fait 23h, on est samedi soir (6h à Paris dimanche).

 

J’ai réservé en arrivant avec l’hôtel le survol des lignes de Nasca pour demain !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 2 : NASCA>>>AREQUIPA – 25° - Altitude 520m – Distance 567kms - Ensoleillé

 

Nous sommes donc à Nasca, nous nous levons pas tard, et allons profiter du petit-déjeuner continental de notre hôtel. Lequel, et nous nous en apercevons seulement maintenant, que c’est ici qu’habitait la célèbre archéologue Maria Reiche (1903-1998), qui consacra la moitié de sa vie aux géoglyphes de Nasca.

 

Après ce petit-déjeuner frugal, nous avons rendez-vous avec notre excursion (que nous avons réservé hier soir en arrivant). Un véhicule vient nous chercher et direction l’aéroport de Nasca pour le survol des lignes de Nasca (2ème fois pour moi et 1ère fois pour Agnès). Encore un moment unique, que l’on a vu tant de fois dans des documentaires TV, et y être procure vraiment une excitation étonnante !!! Petite vidéo, photos, on a mitraillé pendant 45mn, ce fut grandiose. Le vol est mouvementé…Et on a eu la chance que notre pilote nous prolonge le vol par les aqueducs Cantalloc (Puquios) et les ruines Incas de Paredones.

 

 

Survol des lignes de Nasca :

 

>>>Météo favorable, souvent il faut attendre que la brume se lève

 

>>>Avoir son passeport à l’aéroport

 

>>>Coût entre 80$ et 90$ + taxe aéroport de 30 soles par personne

 

>>>Inutile d’emmener sacs ou valises, le mieux est de tout laisser à votre hébergement

 

>>>Manger léger pour les personnes sujettes au mal de l’air

 

>>>Je recommande la compagnie AeroParacas

 

 

Notre après-midi va se prolonger vers un site unique de la civilisation Nasca, sur une idée de Madame Agnès !!! Je veux dire le cimetière de Chauchilla, une nécropole Nasca (que j’avais fait l’an passé, Agnès m’ayant rejoint un peu plus loin sur le parcours 2017)

Ces momies sont impressionnantes de conservation, ce cimetière est à 30kms de la ville, la route se termine par 7kms de piste (Entrée 8 soles par personne)

Avant le retour en ville, notre chauffeur nous propose de s’arrêter rapidement dans une fabrique de céramiques et poteries Nasca. Explication du propriétaire fort intéressante !!!

Arrivée à notre hôtel où nos bagages sont toujours en consigne (les hôtels ici gardent longtemps les bagages, cela est bien pratique pour faire les visites alentour)

Il nous reste plus qu’ à prendre un apéritif bien mérité, en attendant notre bus de nuit à 22h (5h à Paris lundi matin). Bonne nuit.

 

Jour 3 : AREQUIPA>>>PUNO 18° - Altitude 2800m – 30° - Distance 294kms - Soleil

 

Alors comment vous expliquer………………….Nous sommes arrivés en bus à Arequipa ce matin vers 9h, soit 11h de bus de nuit. Tout allait bien, jusque ce que le « soroche » ne vienne jusqu’à moi tranquillement mais surement !!! Agnès pas du tout touchée. Nous avons laissé nos bagages au terminal de bus pour les remettre dans un bus ce soir, départ à 22h30. En attendant, je me suis trainé difficilement jusqu’au monastère Catalina (toujours aussi superbe, je recommande). Gros malaise dû à l’altitude, courbatures de malade, nausée forte, je tiens bien tant que mal. Je prends une aspirine qui me donne un regain de forme, juste le temps de trouver un resto, et nous sommes tombés sur le bon !!! Pourquoi ???

Simplement, l’effet « soroche » a redoublé, j’ai eu beaucoup de mal à finir le repas, j’étais très très mal, au point que Agnès a demandé de l’aide au resto. La gentille propriétaire m’a proposé un canapé chez elle, j’y croyais pas moi-même !!! Il fallait bien ça, je suis resté couché 4h, Agnès est allée à la pharmacie etc. La proprio a dit, si cela ne va pas mieux, elle m’emmènera à la clinique à deux pas. Bref, 4h30 plus tard avec un maté de coca, qui m’a été fait, des médocs, ça va mieux mais ce n’est pas encore le top, mais je devrais tenir jusqu’à ce soir notre bus pour Puno. J’écris ce texte depuis le canapé chez nos hôtes péruviens exceptionnels !!! (Merci au restaurant Llama Loca)

On va quitter notre hôte bientôt, qui nous dit, que nous pouvons « tranquillo » rester encore ici. Nous partons à 16h45 de chez cette famille, en étant arrivés à 12h00.

Dernier petit tour, on y va molo, on marche doucement, on finit dans un café-WiFi, pour vous publier tout cela !!! Un taxi va nous récupérer à 20h30 pour retourner au terminal de bus, départ à 22h30 pour Puno !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 4 : PUNO>>>LA PAZ>>>RURRENBAQUE 14° - Altitude 3900m – Distance 264 kms – Ensoleillé

 

Bon, après la journée de hier, celle-ci était pas mal aussi !!! Nous arrivons à Puno par le bus de nuit, et là encore, j’étais mal mais par vague, un vague positive puis un vague très négative. 7h de bus plus tard et 3800m, au terminal de Puno, il fait 7°. On a 1h30 d’attente pour enchainer avec un autre bus, de jour cette fois, pour rejoindre La Paz en Bolivie. Cela va durer 7h et seulement 264kms, ce fut très, trop long. Tantôt, on s’arrête parce que les chauffeurs achètent à manger, tantôt on monte des passagers dont on ne sait d’où ils sortent, le chauffage à fond dans le bus alors que la température de la journée était au alentour de 20°. Bref on a souffert, le mal de l’altitude est toujours là (que pour moi…), mais je dirais que ça va mieux.

On arrive tant bien que mal dans la capitale bolivienne. Ce qui nous stressait un peu, c’est que nous devions arriver suffisamment tôt à La Paz, pour ensuite rejoindre l’aéroport, et ce bus qui n’avance pas, la capitale est tellement étendue qu’il a fallu pas moins de 1h15 de l’entrée de la ville au terminal de bus. On saute du bus, on récupère nos bagages en soute, et on file à la sortie, peu de taxi sont là, on en repère un, il n’a pas eu le temps de dire « taxi », que nous étions au coffre de sa voiture de 450 000kms. Je n’ai pas négocié la course (70 bolivianos = 8,75 euros). Voilà, on a mis 30mn pour ressortir de cette ville et atteindre l’aéroport !!!

En résumé, bus hier soir de 22h30 à 05h00 puis le deuxième de 6h45 à 14h30 puis le taxi puis décollage à 16h40 pour Rurrenabaque !!! Je vous laisse regarder sur le net où se situe cette bourgade perdue, pour vous laisser imaginer la suite…Nous sommes au Takana Hôtel en bordure de rivière, cela sera notre deuxième nuit à l’hôtel sur 5 nuits depuis notre départ. Et nous sommes repassés de 4000m à 0m, ça fait du bien, le « soroche » est parti ailleurs pour l’instant. La température aussi est belle, 36° et 100% d’humidité.

On va aller se faire un resto local, bien dormir et être en forme pour les 3 jours qui arrivent sans connexion quelle qu’elle soit !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 5 : RURRENABAQUE>>>PARC NATIONAL MADIDI 36° - Altitude 0m – Distance 3h de pirogue motorisée – Ensoleillé

 

Ce matin on se lève tranquillement à notre hôtel pour aller au petit-déjeuner. Nous avons rendez-vous à 8h15 à l’agence qui nous organise les 3 futures journées dans le parc national Madidi. Voilà, vous l’avez compris nous allons partir pour 3 jours en pleine forêt amazonienne, sans grand confort, sans connexion au milieu de la nature tropicale. Tout d’abord nous allons prendre une grande pirogue motorisée, et remonter le fleuve Beni pendant 1h, puis la rivière Tuichi pendant 2h. Nous sommes ‘ à bord, nous 2, le pilote et notre guide Sandro, qui restera avec nous pendant toute la période. Sur le parcours, premier arrêt pour récupérer un membre d’un village de la forêt, d’origine indigène Tacana, qui nous servira pour sonder la rivière à ses endroits les moins profonds. Deuxième arrêt sur la rive, au poste d’entrée du parc pour s’acquitter des droits d’entrée dans le parc aux rangers.

En chemin, nous verrons pas mal d’oiseau divers et une sorte de gros ragondin de rivière (environ 40  50 kgs). Puis nous arrivons à notre destination, le Madidi Jungle Ecolodge, il est midi, il fait une chaleur tropicale humide impressionnante. Nous prenons notre logement, une petite maison en bois bien aménagée, avec salle de bain complète, lit double et 2 lits simples et moustiquaires. Le temps de poser les bagages et de retrouver Sandro à la cantine du lodge (tous les repas se feront là). Sandro nous propose une pause en chambre et un rendez-vous à 15h30 pour la première balade en forêt. Cela va durer 2h30 et 2kms environ, nous marchons tout en observant faune et flore, Sandro nous donne beaucoup d’explication sur cette nature dans laquelle il est né. Sandro est originaire d’un village de la forêt en bordure du fleuve, d’origine à la fois d’indigènes Queschuas et Tacanas, il parle ces 2 langues plus l’espagnol et l’anglais.

Pendant la balade, Sandro écoute tous les bruits et identifie s’il s’agit d’un oiseau ou d’un mammifère, et c’est un spécialiste en ornithologie. Bien sûr, beaucoup d’insectes nous entourent, nous tombons par hasard sur une tortue de terre, Sandro n’en a pas vu depuis 7 mois, d’environ 35cm, elle est immobile. Plus loin nous observons beaucoup de perroquets, des toucans et entendu des singes divers, mais difficilement visibles. Ici l’animal roi est bien sûr le jaguar, nous sommes sur son territoire, sur le chemin retour, Sandro nous fait entendre le jaguar, il n’est pas loin, il tourne dans cette zone. En rentrant, nous ne retrouvons pas la tortue, mais à 10m environ de là, le sol a été gratté, sur environ 15cm de large sur 45cm de long, pour Sandro pas de doute le jaguar vient de passer, il y a moins de 10mn. La conclusion est tragique pour la tortue, un jaguar et une tortue dans un rayon de 10m, cela ne fait de plis pour Sandro, le prédateur a pris son repas !!!

Retour au lodge, pause et rendez-vous à 19h pour le diner à la cantine commune. Nous retrouvons Sandro au repas, il y a 6 touristes avec nous. Lors du repas, c’est le seul moment où des prises sont mises  disposition dans la salle de restaurant pour recharger les batteries de portable, le repas est simple mais très bon, la famille Tacana qui prépare le diner est aux petits soins. Fin du repas, Sandro nous avait promis l’observation de mygales, c’est très simple, il y a un nid sur le toit de la cantine !!! Nous observons 2 tarentules de 12 à 14 centimètres !!! La soirée n’est pas encore achevée, puisque il est prévu une balade nocturne de 30mn dans la forêt avec des torches, cela sera le moment d’observer l’activité nocturne des insectes, lucioles, araignées, scarabées, mille-pattes, tout en entendant roder le jaguar, il est omniprésent !!! Retour à la chambre  avec torches et bougies pour une nuit aux bruits de la forêt tropicale amazonienne !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 6 : PARC NATIONAL MADIDI 36° - Altitude 0m – Ensoleillé

 

Ce matin c’est le lever du jour qui nous réveille doucement ainsi que les perroquets qui tels des coqs jacassent. 7h30, petit-déjeuner, et départ en balade à 8h30, pour une randonnée de 3h30, une boucle qui nous permettra d’observer la faune la flore de nouveau, d’entendre souvent les singes, mais sans pouvoir les voir malheureusement, le tapir se fait discret, le tatou est dans son terrier, le jaguar se balade toujours, nous observerons à mi-chemin la canopée depuis un point de vue impressionnant que l’aigle survole paisiblement !!!

 

Retour au lodge pour le déjeuner, puis pause en chambre, il fait une température de malade, nous avouons que une grande fatigue nous gagne, et décidons une grande pause en chambre, une pluie tropicale vient à tomber. Sandro nous laisse toujours tous les choix, et demain nous aurons une dernière sortie le matin.

Nous retournons à la cantine le soir, pour un diner typiquement Tacana, du poisson-chat cuit dans des feuilles de bananier, c’est excellent !!! Retour en chambre et bonne nuit !!!

 

Jour 7 : PARC NATIONAL MADIDI>>>RURRENABAQUE>>>LA PAZ 10° - Altitude 3670m – Pluie

 

Nous démarrons la matinée pour notre dernière balade, un parcours en bateau sur la rivière Tuichi, puis une marche de 2kms dans la forêt secondaire. Nous observerons des perroquets superbes, des écureuils, un caïman et pas mal de traces de jaguars ou tapirs. Toujours sous une chaleur équatoriale. Agnès n’avait pas vu qu’elle prenait une photo a seulement 2m du caïman !!! C’est le temps de rentrer au lodge pour le repas, reste 40mn de bateau et notre escapade observation et amazonienne sera finie…Quand soudain à 15mn du lodge depuis le bateau, Sandro dit JAGUAR !!! Nous bifurquons vers la rive puis nous nous arrêtons…Dans de hautes herbes à environ 250m, on distingue difficilement le dos moucheté d’un animal…Puis clairement non pas 1 mais 2 jaguars qui posent fièrement devant nous !!! Exceptionnelle chance, à la jumelle, on les voit parfaitement, mais photo impossible. Voilà la boucle est bouclée, youpi !!!

On enchaine le repas à la cantine puis c’est le temps du retour en bateau à Rurrenabaque pour notre vol vers La Paz, Nous décollons à 17h30 et 30mn de vol plus tard nous sommes dans la capitale, température 10° et pluie, on prend un taxi pour notre hôtel, nous sommes repus, dodo, bonne nuit !!

 

 FOCUS = Frontière PEROU>>>BOLIVIE

 

Le jour 4 était notre passage de frontière en bus de Puno (PEROU) à La Paz (BOLIVIE), quelques informations à ce sujet : Il y a 2 passages possibles sur ce parcours, où vous franchissez la frontière au poste de Desaguadero ou au poste de Copacabana. Le plus court est par Desaguadero, c’est là que nous passerons. C’est assez simple, tout le monde descend du bus avec ses bagages, se présente au douanier péruvien qui mettra le tampon de sortie de territoire dans le passeport, puis 1m à droite la douanière bolivienne mettra le tampon d’entrée en Bolivie. Tous les bagages seront fouillés par la police bolivienne, puis vous pouvez repartir.

 

Jour 8 : LA PAZ 14° - Altitude 3670m – Couvert à ensoleillé

 

Nous venons de passer une bonne nuit à La Paz, une ville qui ne serait-ce qu’hier soir, nous a étonné de fourmillement de gens, beaucoup de tenue traditionnelle bolivienne. Petit-déjeuner pris au 9ème étage de notre hôtel, nous dominons la ville. On a donné 4kgs de linge à laver à la réception qui nous seront rendu ce soir, le kg est à 17 bolivianos = 2€. On va partir se promener pour la journée…

Première balade à pied, il faut marcher lentement, la fatigue se sent très rapidement, de plus les rues de La Paz ne font que monter et descendre !!! Enormément d’échoppes dans toutes les rues, nourriture quincaillerie en tous genres, souvenirs, on peut voir énormément de boliviennes en tenue traditionnelle avec un chapeau, elles sont toutes vendeuses de quelque chose. Cette ville est vraiment fascinante et grouillante !!!

Balade dans le quartier historique colonial, où tout du moins ce qu’il en reste autour de l’église San Francisco, on distingue encore une architecture coloniale et parfois en ruine. Puis, on décide de prendre le téléphérique qui a été construit en 2014, 3 lignes existent, elles survolent littéralement la ville, très pratique pour se déplacer mais aussi pour dominer cette capitale. Nous prenons la ligne rouge qui nous mène sur les sommets alentours, la ville est dans un encaissement. Nous avons survolé le cimetière de La Paz en même temps. La population est tout à fait chaleureuse, un peintre sur un échafaudage nous fait signe et nous souhaite la bienvenue en Bolivie, c’est étonnant !!!

On retourne vers l’hôtel sans se perdre, merci qui ? En slalomant entre échoppes, véhicules et population. Pause à l’hôtel avant de repartir. Puisque nous avons rendez-vous avec Susan Vasquez que nous avons rencontré à Paris il y a 15 jours, directrice de l’agence Destination Amérique Latine. Ses bureaux se situent dans le quartier Sopocachi, un quartier semi-affaire, occidentalisé, elle nous accueille avec une spécialité appelée « cuñape ». Nous lui réservons un taxi privé pour le trajet difficile et dangereux de lundi entre Sucre et Potosi, et la visite de la mine d’argent Potosi pour mardi. Retour vers l’hôtel en faisant quelques emplettes de souvenirs.

Nous finissons avec un petit cocktail au pub adjacent notre hôtel, puis dodo !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 9 : LA PAZ>>>SUCRE 10° à 22° - Altitude 2870m – Ensoleillé

 

Ce matin, levés tôt à 6h pour un taxi réservé à 7h en bas de l’hôtel, et pour un vol vers Sucre à 9h. La ville est en train de se réveiller assez rapidement, les échoppes se montent en 2mn. On arrive à l’aéroport, enregistrement rapide, salle d’embarcation et décollage à l’heure. 1h de vol seulement et nous nous posons sur une colline, exactement à Alcantari à 45mn de taxi de la ville de Sucre. Nous arrivons à notre hôtel qui ressemble à une hacienda !!!

Petite balade en ville, nous sommes très central, la Plaza 25 de mayo et la cathédrale sont à 2 pas. On va au marché principal, très grand, très coloré, superbe !!! La ville est formée de bâtiments coloniaux superbes conservés et protégés aujourd’hui. On parle ici l’espagnol, le quechua et l’aymara. Ce soir de nouveau grande balade à pied, il fait très bon se promener ici !!! On fête cela comme il se doit, par un cocktail dans un bar, Hips !!! Bonne nuit !!!

Au passage depuis notre arrivée en jungle et notre retour à 4000m à La Paz, l’altitude n’a plus d’effet, YOUPI !!!

 

Jour 10 : SUCRE >>>POTOSI 10° à 22° - Altitude 2870m – Ensoleillé

 

Ce matin, nous ne sommes pas pressés, nous chauffeur privé pour aller à Potosi est prévu à midi. On en profite pour bien se reposer. Midi pile, le taxi est là, c’est parti pour une route dans les campagnes de 156kms, slalomant entre petits villages et pampa, entre 2750m et 4070m de l’arrivée à Potosi notre destination. Paysages jolis alternant montagnes, vallées, canyons. 2h30 plus tard, on entre dans la banlieue de Potosi, c’est très étendu, 170 000 habitants environ. Son nom vient de « potojsi » qui en quechua signifie « tonnerre ». La ville est connue essentiellement pour la montagne de minerai d’argent qui domine la ville le « cerro rico » (montagne riche). Ici tout a tourné autour de ce minerai, exploité dès 1545 !!! Surtout par la conquête espagnole qui arrosa l’Europe de ce précieux minerai. Des centaines de milliers d’indiens travaillèrent ici, l’espérance de vie est alors de 40 ans environ. Aujourd’hui, quelques maigres filons sont exploités par des familles, la ville jouit du tourisme lié à cette gigantesque mine. Voilà pour l’histoire !!!

En ville nous nous baladons très largement dans le centre historique et colonial, il ne subsiste que quelques monuments intéressants et de nombreuses églises superbes. Le « cerro rico » nous regarde et veille sur nous.

Petite sortie nocturne au restaurant pour manger un plat typique !!! Au détour de multiples ruelles, nous finissons a El Empedradillo, la soupe « k’arapulca » est absolument divine, une soupe traditionnelle dans laquelle est plongée une pierre volcanique en fusion, qui fait bouillir la soupe jusque devant vous, le tout accompagné d’un rosé bolivien !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 11 : POTOSI>>>UYUNI 10° à 20° - Altitude 3670m – Ensoleillé

 

Réveil tranquille ce matin, j’ai rendez-vous à 10h30 avec une guide pour aller voir la mine d’argent, Agnès préfère se reposer et ensuite ira faire un tour seule en ville. Ma guide parlant français est là, on y va. 1mn de voiture pour arriver dans un quartier de boutiques prévues pour les mineurs, tout se vend, tungstène, tube à air comprimé, pelle, pioche, dynamite, incroyable !!! On s’arrête pour acheter des feuilles de coca et boissons pour les mineurs que nous rencontrerons. Puis on passe chez la guide pour s’équiper : bottes, casque, blouson, pantalon, lampe frontale. Puis on repart, on arrive à une coopérative, il y en a 49 qui exploite toujours les minerais. Déjà je vois des wagonnets qui sortent de l’entrée de cette mine. On y pénètre, lampe allumée, la guide me prévient que lorsque un wagonnet arrive, il faudra se mettre sur le côté, nous marchons sur les rails. Il fait noir et environ 8°, la lampe est très puissante telle une « maglite ». C’est incroyable d’être ici, je prends des photos, un premier wagonnet se fait entendre, on se pousse sur le côté, il arrive vite poussé par 2 mineurs, c’est très impressionnant, on respire bien mais y travailler relève de l’exploit !!! (espérance de vie 35-40 ans). On va marcher environ 400m, découvrir un filon mais aussi une veine d’argent très visible, d’autres wagonnets passent plein de pierre qui vont être sortie puis trier à l’extérieur. On fait un passage par une petite zone ou le dieu de la mine est là, le même que j’avais vu à la télé dans une émission !!! Beaucoup de toxicité ici m’explique la guide, de l’amiante, de l’eau acide, la poussière je l’ai bien pris dans le nez, mais  cette expérience fut incroyable, j’y croyais par moi d’être au cœur du « Cerro Rico » ici à Potosi-Bolivie. Pour le reste de l’histoire, la mine est exploitée depuis 1545 par les indiens qui utilisait le minerai a des fins de décorations ou offrandes. Les espagnols l’exploitèrent ensuite de façon industrielle, le sommet culminait alors à 5250m, aujourd’hui il ne culmine plus qu’à 4825m, ceci dû au travail de ces 480 années d’exploitation. Environ 20000 mineurs y travaillent toujours, Au XVIème siècle, la ville de Potosi  avait 200 000 habitants et Paris à l’époque 60 000 !!! Cela laisse imaginer la quantité de minerai qui sortait d’ici !!! Voilà si un jour vous passez par ici n’hésitez pas à y faire un tour !!!

Retour en ville, je retrouve Agnès qui a fait ses petites emplettes, on va aller déjeuner quelque chose, on finit par entrer dans un restaurant local qui a un échafaudage devant, on doit passer par la maison pour y accéder !!! Menu unique, on nous sert directement à table, une table que l’on partage avec des boliviens et boliviennes, une musique est joué par des locaux, c’est totalement unique et authentique, on est les seuls touristes ici !!! Entrée, soupe, plat, dessert, boisson = 46 bolivianos = 5,80€ !!! Bon appétit !!!

La sortie va être moins rigolote, un orage de grêle et pluie va déferler sur Potosi, les rues vont être des torrents de 40cm d’eau, la ville est en pente, on ne peut pas attendre, on n’a pas le choix, nous retournons à pied à l’hôtel pour récupérer nos bagages et filer au terminal de bus !!! Oui oui, on va traverser les torrents, de l’eau jusqu’au genou, on vit l’enfer, on en rira peut-être plus tard, on va marcher aussi dans 10cm de grêle qui a recouvert le sol, on vit l’imprévisible, on arrive à l’hôtel, non pas trempés mais traversés !!! On va se changer dans le local à bagages, on fera sécher nos affaires plus tard à Uyuni. Il faut ensuite un taxi, difficile à avoir dans ses conditions, on se fait aider de l’hôtel, on part vers le terminal de bus, on le joint à 15h30, départ du bus  16h30 !!!

Quel après-midi mouvementé, nos sacs sont trempés, l’intérieur aussi, le passeport est sauf ainsi que l’argent. On va avoir du boulot ce soir pour essayer de faire sécher quelques trucs !!!

Le bus part à l‘heure de Potosi, nous allons traverser la pampa bolivienne durant 204kms, on s’arrête dans des villages et quelques passagers descendent, on est parfois au milieu de nulle part. On croise pas mal de lamas, la végétation est rare. On arrive à Uyuni à 20h, on va à pied à l’hôtel, on repère des mini-resto locaux où des barbecues fonctionnent bien, on ira mangé ensuite ici, puis retour hôtel. Bonne nuit !!!

 

INFO : demain nous sommes récupérés par notre tour-operator et départ pour le désert d’Uyuni, donc coupé du monde !!! (pas Wi-Fi ni connexion) retour Uyuni dans 2 jours)

 

Jour 12 : SALAR>>>SALAR D’UYUNI>>>TAHUA 10° à 28° - Altitude 3650m – Distance 130kms Soleil

 

Voilà nous y sommes, un passage obligé en Bolivie : le fameux Salar d’Uyuni, cette étendue immense de désert de sel 12500km², perché à 3650m !!! Notre tour operator, Ruta Verde est bien là à l’heure, il est 10h, nous allons partir pour 2 jours en 4x4 et chauffeur privé à la découverte de cette zone aride mais splendide, voire à couper le souffle !!! Devant notre hôtel ce matin, Valerio arrive, il va être notre guide pour les 2 jours. Il est d’origine Aymara et il a chargé sur la galerie de notre 4x4 des bidons d’essence. La journée va être une succession d’étapes :

---1er arrêt : A 3kms seulement de la ville d’Uyuni, nous arrivons au fameux cimetière des trains et locomotives à vapeur, abandonné depuis 80 ans. Des trains qui dans les années 30 et 40 transportait le minerai de sel vers le Chili et le Brésil. Vision apocalyptique !!!

---2ème arrêt : On s’arrête ensuite au village de Colchani, une étape pour faire quelques achats avant de le grand désert, il y a aussi beaucoup de souvenirs et de babioles liées au sel récolté, avec un mini-musée du sel.

---3ème arrêt : Voilà c’est vraiment parti, on entre et on roule sur le salar, l’étendue blanche est impressionnante, un stop rapide à côté de petits bouillonnements dans le sel, ce n’est pas chaud, une petite activité souterraine froide.

---4ème : Puis on s’arrête au milieu du désert, là où on voit ces petites concrétions de sel au sol, la fameuse carte postale !!! Valerio nous dit de faire des photos pendant qu’il installe le pique-nique, et oui tout est prévu, on va bien manger sous un parasol dans un silence étonnant. Au loin passe d’autres 4x4, on ne les entend même pas. Voilà c’était le déjeuner au milieu du salar, le top.

---5ème arrêt : On reprend la route, en fait non, ici on roule où l’on veut, il suffit d’aller tout droit, on prend ainsi la direction de la « Isla Incahuasi », en quechua « la maison de l’Inca, il s’agit d’une ile volcanique au milieu du salar où poussent d’énormes cactus, un endroit étonnant, des dizaines de 4x4 s’y arrête bien sûr, de nouveau une carte postale est devant nous. Nous ferons une halte de 1h30 ici, un chemin de randonnée sur l’île permet de dominer le salar, de réaliser de nouvelles photos exceptionnelles, on fera la balade de 2kms environ. On a bien dû prendre plus de 100 photos, superbe !!!

---6ème arrêt : On reprend le 4x4, direction les bords du salar au nord, on arrive au petit village de Chantani, composé de 5 familles seulement. On visite un mini-musée, d’objet ancien Inca, d’outils, de peaux d’animaux et de coutumes

---7ème arrêt : Nous faisons ensuite seulement 10kms pour arriver à Tahua, notre étape nuit. Il s’agit d’un village très isolé au pied du volcan Tunupa (5432m), il y a ici que des agriculteurs de quinoa et des éleveurs de lamas. Nous sommes probablement dans le seul hôtel ici, le Tayka Hôtel, il est construit entièrement en sel !!! Les chambres sont superbes, les lits sont en sel aussi, nous avons la chambre N°15 avec vu sur la salar !!! Il est 16h45, on part faire une balade alentour, on domine le salar, on a le volcan à gauche avec un sommet aux couleurs ocre, argent, émeraude. Concernant cet hôtel, chauffage pendant 4h, eau chaude et électricité 24h/24h. Repas local à 19h, soupe de quinoa, lomo saltado, dessert surprise. Petit-déjeuner demain matin à 7h. Bonne nuit !!!

 

RECOMMANDATION POUR VISITER LE SALAR D’UYUNI :

>>>Lunettes soleil à filtre UV polarisante (sans lunette on ne peut pas ouvrir les yeux)

>>>Crème solaire fort indice, type montagne, réverbération ultime ici à 3650m

>>>Stick lèvres

>>>Chapeau ou bonnet (hiver)

>>>Chaussures de marche ou baskets

>>>Vêtements chauds (juin juillet aout) plus léger autres saisons

>>>Prévoir de l’eau (les TO en prévoit généralement)

>>>Appareil photo

 

Jour 13 : TAHUA>>>SAN JUAN DE ROSARIO>>>SAN CRISTOBAL>>>UYUNI 10° à 28° - Altitude 4070m – Ensoleillé

 

On se réveille dans notre hôtel de sel à 6h15, petit-déjeuner à 7h, et Valerio doit nous récupérer à 7h30 pour cette deuxième et dernière journée. Cela va être pas moins de 500kms de piste, traversant désert de pierre, désert de lave, désert de sable, des lagunes asséchées, d’autres colorées, des étendues arides, des villages perdus bref on va en voir de toutes les couleurs tel le paysage qui va dérouler devant nous !!! On y va, suivez nous !!!

---1er arrêt : On part du village de Tahua et dans un premier temps on va traverser la salar d’Uyuni du nord au sud, environ 60kms, on profite encore de cette étendue blanche à perte de vue. A la sortie du salar, on s’arrête pour les dernières photos, contrastant le sel blanc et la montagne ocre.

---2ème arrêt : On prend ensuite une piste (on ne fera que de la piste jusqu’à Uyuni ce soir) et entrer dans une zone que l’on appelle le Sud Lipez, qui nous mène au village Colcha K de Valerio, où il possède un petit troupeau de lamas. On poursuit et on s’arrête au village de San Juan de Rosario pour visiter une nécropole pré-inca, un petit musée résume l’histoire de ces civilisations, les Tinawaku, les Aymara, les Incas, c’est très bien fait et peu connu semble-t-il. Juste derrière le musée, une nécropole Aymara, des momies ont été trouvées ensevelies dans des blocs de lave volcanique, très bien conservées, elles témoignent de l’histoire du peuple Aymara.

---3ème arrêt : On poursuit par des pistes diverses, on traverse le salar Chiguana et on s’arrête au milieu, juste à côté d’une voie de chemin de fer, on réalise des photos étonnantes sur voie elle-même. Cette voie est empruntée par le train reliant Uyuni à la frontière chilienne, qui se trouve à quelques kilomètres seulement.

---4ème arrêt : On arrive au poste frontière, au village Avaroa, qui sert de maintenance au chemin de fer. On regarde de loin le Chili (nous y seront dans 2 jours). Sur notre droite, on observe un volcan actif le « Ollague », on s’arrête un peu plus loin au mirador du volcan, on fait de belles photos, la zone est très aride, les couleurs de roches superbes, on enchaine vraiment des paysages sublimes.

---5ème arrêt : En chemin, nous voyons pas mal de vigognes, cet animal est sauvage et non domestiqué, beaucoup de lamas qui eux sont domestiqués, on a la chance de voir un nandou d’Amérique seul au milieu d’un champ de quinoa, aussi autre rareté, un renard de Magellan à 10m de notre 4x4, on y croit pas !!! On arrive finalement sur notre lieu de pique-nique, et quel lieu, la « Laguna Cañapa », il s’agit d’une lagune blanche et verte perchée à 4100m, où environ 200 flamants roses barbotent, entourées de montagnes aux couleurs ocre et soufre, tel et notre point de vue pour déguster notre repas !!! Quel spectacle !!!

---6ème arrêt : Après ce repas tout en beauté, je précise au passage qu’une dizaine de vigognes ont traversées la lagune devant nous. Nous repartons vers une autre lagune beaucoup plus grande la « Laguna Hedionda », ici ce n’est pas moins de 800 flamants roses qui sont devant nous !!! Mais il y a aussi la ouette des andes et la grive à col bleu. Bien sûr tout autour les montagnes qui ont culminent à 5800m, les couleurs sont top, les photos aussi

---7ème arrêt : On reprend la piste, il faut dire que l’accès à ces 2 lagunes a été pittoresque, des passage dans des roches tel les 4x4 du Paris-Dakar, il faut que notre 4x4 est très puissant. On s’arrête ensuite à la « valle de las rocas », un véritable champ de roches ocres, spectacle lunaire assuré !!!

---8ème arret : Voici le dernier arrêt, et c’est tout un symbole pour nous, nous nous arrêtons au village de San Cristobal, en français Saint Christophe le saint patron des voyageurs !!! Petit marché, église coloniale. Maintenant c’est e retour vers Uyuni

 

 

Voilà, nous venons de vivre 2 jours très intenses avec l’agence  Ruta verde Tours que je recommande, tout était parfait !!!

 

 

PS : Nous sommes ce soir de retour à Uyuni, ce n’était pas tout à fait prévu, nous avons modifié il y a deux jours notre circuit. Ce soir nous devions dormir dans un refuge au bout du Sud Lipez, cette étape nous ne sembla pas indispensable et très inconfortable (sac de couchage à prévoir, ni eau ni électricité ni chauffage etc). Ainsi l’agence Ruta Verde Tours, nous a modifié gentiment l’itinéraire sans surplus. Nous sommes donc dans un hôtel pris à la volée ici à Uyuni. Et avons réservé un bus pour demain matin>>>>>Direction le Chili. Et nous reprenons notre itinéraire à San Pedro de Atacama demain soir comme prévu.

 

Jour 14 : UYUNI>>>CALAMA>>>SAN PEDRO DE ATACAMA 10° à 28° - Altitude 2450m - Distance 520kms  – Soleil

 

Réveil très matinal ce matin, on se lève à 4h15, pour un départ en bus à 5h30 pour le Chili. Il fait nuit, autour du terminal de bus quelques personnes, le bus est là, on part à 5h40. Nous prenons la route de la frontière, de très beaux paysages de nouveau et des dizaines de lamas s promènent. 7h30, petit stop pour les arrêts toilettes et manger un peu. 10h00, on arrive au poste frontière bolivien de Avaroa, on passe facilement, 1km5 plus loin le poste chilien de Ollague, du nom du volcan que nous contournons et qui est actif comme le démontre une échappée de fumée à son sommet. Je ferai un focus sur ce passage de frontière qui durera 2h minimum. On reprend la route côté chilien, les paysage sont toujours superbes à environ 4000m, nous voyons des vigognes, des étendues de sel aussi. Les couleurs au sommet de cette chaine de volcan que nous longeons, sont étonnantes.

 

Puis la route devient rectiligne, nous traversons plusieurs déserts jusqu’à Calama où quelques personnes descendent. Il nous reste 100kms pour San Pedro de Atacama. 17h15, on arrive dans cette bourgade de 5000 habitants, hyper touristiques, d’où partent toutes les balades dans ce fameux désert d’Atacama, le désert le plus aride du monde !!! On va à pied du terminal de bus à notre hôtel, effectivement beaucoup de touristes du monde entier, des restaurants en pagaille, et de agences de tourisme en même nombre. On va se reposer plutôt que de parcourir encore des routes, déjà la balade en bus nous a permis d’en avoir encore plein les yeux. Demain direction Santiago du Chili en avion. Bonne nuit !!!

 

Jour 15 : SAN PEDRO DE ATACAMA>>>CALAMA>>>SANTIAGO DU CHILI 10° à 28° - Altitude 570m - Distance 1520kms  – Soleil

 

Ce matin, c’est un transfert bus puis avion pour nous mener à la capitale du Chili. Le temps en bus d’observer la paysage entre San Pedro de Atacama et Calama. Notre vol a 40mn de retard, décollage à 16h arrivée Santiago du Chili à 18h. On trouve la navette gratuite pour notre hôtel qui se trouve tout près de l’aéroport, c’est le côté pratique pour demain, retour aéroport pour notre week-end à Buenos Aires. Notre hôtel va être l’occasion d’un très bon repos, on a la chambre jusqu’à 14h, piscine sauna etc !!! Bonne nuit !!!

 

FOCUS = Frontière BOLIVIE>>>CHILI

 

Le jour 14 était notre passage de frontière en bus de Uyuni (BOLIVIE) à San Pedro de Atacama (CHILI), quelques informations à ce sujet : nous sommes arrivés au poste frontière bolivien de Avaroa dans le sud Lipez, nous sommes descendus du bus et passés devant le douanier bolivien qui nous tamponna notre passeport pour notre sortie du pays, et nous payons la taxe de 15 bolivianos par personne, jusque-là c’est simple !!! Voici la suite, on remonte dans le bus, parcourront environ 1km500 pour arriver au poste chilien de Ollague. Nous descendons du bus, passons devant un douanier qui nous tamponne le passeport pour notre entrée au Chili, ensuite on nous demande de sortir les bagages du bus et de les aligner à environ 3m et nous de reculer de 3m de plus face à nos bagages. C’est alors qu’arrive 3 douaniers et un chien spécialisé. Deux douaniers ont des gants, la douanière s’occupe du chien, elle va lui faire renifler pendant 30m la rangée des bagages, le chien est sensibiliser à quelque chose…Puis elle le rentre, apparemment il n’a rien trouvé de compromettant. Elle revient de nouveau avec son Golden Retriever, qui est complètement excité, il court partout, elle a dû le sensibiliser à autre chose. Franchement, c’est assez flippant, personne ne bouge, on doit être environ 40 de 10 nationalités différentes. Et ce n’est pas fini, ensuite le chien va tous nous renifler un par un !!! Voilà cette étape surprenante devant nous est finie. Ensuite, on devra tous prendre nos bagages, entrer dans un sas, puis c’est la fouille complète de nos bagages et bagages à main, on nous pose des questions, et c’est quoi ça, et c’est quoi ci, bref on passe, on retourne au bus qui nous a rejoint. Wha quel périple et environ 2h15 pour tout ça !!!

Aussi important : à ce poste frontière, on ne peut passer que en bus, les camions de transport,  pied ou en vélo, inutile de passer en voiture c’est interdit, bon  savoir !!!

 

Jour 16 : SANTIAGO DU CHILI>>>BUENOS AIRES 12° à 25° - Altitude 25m - Distance 1420kms  – Soleil

 

Ce matin total repos dans un superbe hôtel à côté de l’aéroport, côté pratique, petit-déjeuner continental complet, piscine, chambre jusqu’à 14h, navette gratuite pour aéroport, on profite de se reposer beaucoup après nos périples depuis 2 semaines !!! On rejoint aéroport à 13h, pour un décollage vers l’Argentine à 15h. Bel avion, un dreamliner B787 de la compagnie LATAM, atterrissage dans la capitale argentine 2h plus tard. Un taxi réservé par notre hôtel est là, et 35mn plus tard on arrive  notre B&B tenu par Yann un français habitant ici depuis 10 ans !!! il nous donne plein d’information pour ce soir et nous prête des pesos argentins puisque nous n’en avons aucun. Cette monnaie fluctue tellement en ce moment qu’il est difficile d’en obtenir en Europe, il y a un mois 1€ = 23 pesos et aujourd’hui 1€=42 pesos, forte dévaluation. Après avoir pris notre chambre dans une maison de 100 ans avec 2 patios, c’est vraiment le top, notre chambre est un duplex charmant, on part vers le quartier San Telmo. Très animé, brocante, restaurant, antiquaires, on trouve un resto typiquement argentin, mais on entend des tambours !!! On est dimanche soir, et c’est la fête totale ici !!! On vit un truc de ouf seulement après être arrivés de 3 heures en Argentine. Sans parler du tango de rue qui a lieu le dimanche soir (ça tombe bien…), on est totalement sous le charme de cette ville !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 17 : BUENOS AIRES 18° à 26° - Altitude 25m  – Soleil

 

Première nuit à Buenos Aires, avec cette folle soirée d’hier soir, entre les tangos de rue dans le quartier de San Telmo, mais aussi les tambours d’origine brésilienne appelé « Batucadas », on a été imprégné très vite dans l’ambiance locale !!! Sans parler de la « féria » qui a lieu que le dimanche dans le quartier San Telmo, il s’agit d’une énorme brocante.

Un petit mot sur notre B&B tenu par Yann un français, accueil au top, beaucoup d’explication, on sait presque tout, et le top comme la monnaie locale ne peut s’obtenir facilement à cause de la déflation permanente, il nous a prêté de l’argent hier, on va faire de même aujourd’hui et on peut lui faire des virements sur son compte en France. Autant vous dire que je recommande fortement cet endroit !!! Regardez sinon les avis Tripadvisor et Booking, c’est le top du top !!! « La Querencia de Buenos Aires »

Allez, c’est parti pour une balade argentine !!! On reprend les rues du quartier San Telmo, on traverse le marché qui date de 1897. On poursuit par la rue « defensa » qui mène au centre-ville, plus précisément la « plaza de mayo ». Il fait un temps radieux, nous sommes dans hémisphère sud, considérez que nous sommes fin avril, matin 18° et après-midi 27°. Sur cette place, pas mal de bâtiments jolis abritant l’administration officielle et la banque nationale, de la cathédrale. On voit ensuite un sigle Wi-Fi, on essaie de se connecter, tiens ça marche, alors voilà ici la capitale de l’Argentine est wifisée, c’est fou ça, on est connecté en marchant dans la rue !!!

Nous devons à cet instant trouver sur conseil de Yann (notre hôte) des points de change pour avoir quelques pesos argentins…Comme je le précisait hier, ici c’est une grosse crise économique et commerciale qui frappe l’Argentine, à tel point que nous comprenons vite dans les rues alentour de la cathédrale que les banques (nombreuses HSBC, BBVA etc) ne font plus de change probablement. Mais dans ces rues, on entend des gens crier « cambio », comprenez en espagnol « change », sur le coup on hésite, on a bien entendu plus de 10 personnes en 100m le dire. On se lance vers un dame, on dit aussi « cambio cincuenta euros » (on veut changer 50€), elle nous dit OK, on la suit, et en fait il y a des kiosques à journaux qui pratiquent un change sauvage, j’attends comme d’autres mon tour. Voilà mon tour, j’entre dans le kiosque derrière la caisse, je donne mon billet de 50€, et la dame me donne 2005 pesos (la conversion est correcte, 1€ = 40,10 pesos), et j’ai vu derrière son comptoir des piles de billets de banque !!! Je crois que la crise est profonde et que l’argent ne transite plus trop par les banques…voilà pour cette anecdote !!!

Pesos en poche, on s’arrête dans cette artère pour manger, on trouve très facilement des petites « bodegon », restaurant de quartier typique, pour 4€ avec boisson, on a facilement un encas. On s’arrête près d’un grand obélisque pour manger. On reprend ensuite notre tour pour descendre la rue Corrientes, très commerçante, elle nous amène vers les anciens docks de la ville, balade au bord de l’eau, 2 trois mats en bois mouillent, des cormorans volent autour de nous. On décide de rentrer vers notre B&B en passant par la place Eva Peron, personnage emblématique de l’Argentine. On a bien fait 8kms, retour B&B pour un petit repos avant ce soir…

On sort vers 19h, on choisit le plus vieux restaurant du quartier datant du 1864, un cadre super authentique, plat copieux, vin blanc et apéro pour 22€50 !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 18 : BUENOS AIRES 16° à 22° - Altitude 25m  – Pluie

 

 

Dernier jour à Buenos Aires, il pleuviote ce matin, mais cela ne va pas nous empêcher de faire une petite visite du quartier La Boca. Un quartier chaud au cœur des argentins supporters du grand club de football de Boca Juniors où un certain Maradona a fait ses débuts. Ce quartier est aussi connu pour être un peu insécurisé le soir, mais en journée ça va. Sur conseil de Yann, on va prendre le bus N°53, il nous prête très gentiment sa carte de bus, que nous allons recharger de 60 pesos (=1€25) pour faire l’aller-retour. On descend dans le métro une caisse pour y mettre l’argent, ce n’est pas cher le bus ici. On attend très peu le bus, ici i faut dire au chauffeur à quelle station on veut descendre et il vous calcule le tarif, puis vous scanner votre carte, et c’est bon. Je lui dis donc « caminito » et hop on part. 15mn plus tard on descend à « caminito », c’est une petite zone très colorée et très touristique dans le quartier La Boca. Toutes les maisons sont peintes de multiples couleurs, beaucoup de magasins de souvenirs, et pas mal de restaurants où des danseurs de tango se produisent, on fait pas mal de photos malgré la petite pluie. On pousse à deux pâtés de maison jusqu’au stade de Boca Junior appelé « la bombonera » (traduisez « la boîte à chocolat »), il est impressionnant, il y a un musée, la boutique officielle du club mas d’autres aussi sont à l’effigie de l’équipe. Un mot pour les afficionados de foot, le gros derby ici c’est Boca Juniors VS River Plate, bien plus chaud que les classicos espagnol ou français. Il y a des statues de Maradona et Messi partout, parfois on nous demande d’où sommes-nous, on a dit « Francia », un monsieur nous dit « A si campeones del mundo », pas d’amertume du tout, il nous dit la France a joué très vite tel des serpents, il nous dit Bravo !!!

Voilà, c’est environ 5 à 6 rues à faire autour, c’est hyper joli comme quartier. N’hésitez pas à venir ici, si vous faites une halte dans la capitale argentine. Pour le retour, on va prendre le bus N°29 comme nous l’a conseillé Yann et descendre à « San Telmo », on ne sait pas trop où descendre, mais au bout de 15mn, je repère la rue « Pérù », je sais que notre B&B est pas loin, on descend au prochain arrêt, voilà, superbe balade, y consacrer environ 2h c’est bien.

Pour cet après-midi, on va prendre le métro, et aller dans le centre pour quelques spécialités à ramener, on profite toujours du Wi-Fi disponible dans les rues, on s’arrête pour grignoter un bout dans un self-service où environ 70 sortes de plats sont disponibles, vous vous servez et tout est au poids, 1kg = 220 pesos (5€). On reprendra le métro pour rentrer un peu au B&B.

Dernière soirée à Buenos Aires, on retourne évidemment à l’un des meilleurs restaurants de la capitale « le Desnivel », excellent pièce de zébu et filet de merlan sur un rosé argentin !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 19 : BUENOS AIRES>>>SANTIAGO DU CHILI>>>VALPARAISO 16° à 24° - Altitude 0m  – Distance 1540kms - Soleil

 

Dernier petit-déjeuner chez Yann, ce fut exceptionnel en tous points, il a commandé taxi de nouveau, il nous a fait une lessive, nous avions la chambre San Telmo, je le recommande vivement. Le taxi est là à 9h, on va à l’aéroport. On enregistre les bagages, on décolle un peu en retard, 2h de vol pour Santiago du Chili. Ensuite, il faut rejoindre Valaparaiso, appelée aussi « La perle du Pacifique ». Je vous explique comment faire, dans l’aéroport de Santiago, allez au comptoir de bus « Turbus » juste avant de sortir à l’extérieur. Vous achetez votre ticket pour aller au terminal de bus Almeda (1900 pesos par personne = 2€20), arrivé au terminal, la compagnie « Turbus » mais aussi « Condor » vendent des billets pour toutes les villes du Chili. On a pris Condor, pour 200 pesos par personne = 7€50. Les bus sont très confortables, et en 2h à peine vous arrivez au Terminal de Valparaiso.

Ensuite, on a décidé de marcher jusqu’à notre hôtel qui est situé sur un « cerro », un « cerro » est une colline, il y en a 45 ici à Valparaiso, c’est l’attraction de cette ville où beaucoup de fresque sont peintes un peu partout. Aussi être sur un « cerro » permet de dominer la ville et l’océan Pacifique. Arrivés au pied de notre colline après ¼ d’heure de marche dans une ville grouillante, on a slalomé entre des dizaines d’étals de marché, il faut monté, c’est très épuisant, mais il y a des funiculaires bien pratique, ils sont très ancien, nous utiliseront celui appelé « Reina Victoria », cela coûte 100 pesos = 0€14) donc pas cher du tout, arrivés en haut, on trouve notre hôtel. On s’installe et on ressort vers 19h pour aller dîner !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 20 : VALPARAISO>>>VINA DEL MAR>>>VALPARAISO 16° à 26° - Altitude 0m – Distance 16kms - Soleil

 

Ce matin, après un petit-déjeuner frugal à notre B&B, en haut du Cerro Concepcion, on va descendre un peu en ville basse, on reprend le funiculaire « Reina Victoria », il a été construit en 1902, mais le plus vieux de la ville date de 1889 !!! Arrivé en bas, on trouve limite que la ville est plus sympa, on marche vers le sud jusqu’au port. On tombe sur plusieurs marchés de rue, c’est très authentique et es gens très gentils voulant nous expliquer leur marchandise. Le port de pêche est très agréable.

 

D’ici, on prendre le métro pour nous rendre à Viña del mar, une station balnéaire vieille de 100 ans, c’est seulement à 8kms . Arrivés sur place, et environ 15mn, la station est très moderne, bien plus développée que Valparaiso, qui perd de sa superbe tant les bâtiments sont vieillots, on se demande si l’UNESCO est bien derrière... Revenons à Viña del mar, Une plage de environ 2kms s’étend devant nous, ici aussi c’est jour férié, beaucoup de chiliens viennent s’y promener. Palmier, océan Pacifique, soleil, il fait environ 26°, belle carte postale !!!

 

Retour à Valparaiso, soirée en terrasse sur les sommets de notre colline, apéritif et pâtisserie, notre quartier est très animé, il y fait bon vivre !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 21 : VALPARAISO>>>SANTIAGO DU CHILI 15° à 26° - Altitude 520m – Distance 120kms - Soleil

 

Voilà le dernier jour est arrivé, on va faire juste un petit tour dans Valparaiso, ville haute et ville basse. Cette ville s’appelle où s’est appelée « la perle du Pacifique », franchement, ce n’est en rien une perle où alors il y a bien longtemps. C’est vrai qu’il y a de belle peinture partout, mais cela est gâché par des milliers de tags, autour ou dessus, on peut faire quelques photos mais c’est souvent difficile. Dans les « cerros », les fameuses collines, 2 à 3 rues sont intéressantes seulement, mais la plupart des maisons sont à l’abandon, très abîmées. Quant à la ville basse, c’est un fouillis indescriptible, très sale, ce qui reste des maisons coloniales est en ruine la plupart du temps, quel dommage de laisser cet endroit tout simplement pourrir !!! Les ascenseurs vieux de plus de 100 ans sont authentiques, plusieurs sont en réparation depuis 2 ans. La perle n’est plus et l’Unesco a dû disparaitre !!!

On s’est adapté et on a su tirer le meilleur de Valparaiso quand même. On va retraverser la ville basse avec nos valises, qui ont bien souffert depuis le 12 octobre et notre arrivée à Lima, Pérou. Une a perdu une anse et l’autre une roulette !!! On traverse un marché grouillant de monde, des étals de poissons et de fruits sont en majorité. On a parcouru environ 1kms300 et nous sommes au terminal de bus. Les terminaux de bus sont très bien organisés, on achète nos tickets pour rejoindre le terminal Almeda de Santiago (4€ par personne, 120kms). Puis on reprend un autre bus pour aller à l’aéroport, 30mn seulement. puis, on va patienter pour prendre notre vol retour !!! Bonne nuit !!!

 

Jour 22 : SANTIAGO DU CHILI>>>MADRID>>>PARIS

 

Vol retour via Madrid pour Roissy CDG, sur Ibéria

Viva la vida !!!

@ bientot pour d'autres aventures...

 

https://static.blog4ever.com/2010/05/410426/artimage_410426_3446675_201106052142565.png



18/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 148 autres membres